• -o- AIMEZ-VOUS ... -o-

    Château de COMBOURG
    L'écrivain François-René de Chateaubriand, qui a immortalisé ce château dans ses mémoires, y passa une partie morose de sa jeunesse dans les années 1770.

    -o-o-o-o-o-o-

    AIMEZ-VOUS CHATEAUBRIAND ?


    Il s'agit là d'un texte que j'ai écrit il y a plusieurs années !


    le journal intime d'une jeune romantique écrivant ses impressions après la lecture, dès sa parution de :" RENE" DE CHATEAUBRIAND publié en 1802, les sentiments éprouvés, confiés à une amie.


    lundi 22 juillet
    Il faut que je te dise, amie, à quoi j'ai passé quelques instants aujourd'hui . J'ai retrouvé, parmi mes livres "quelques extraits de Chateaubriand" - Sais-tu que Chateaubriand est mon auteur préféré ?
    Je n'ai pu résister à la tentation de relire certains épisodes de son histoire.
    J'ai parcouru avec lui les bois qu'il parcourait souvent avec sa soeur. J'ai écouté tomber la pluie sur le feuillage. Oui, chaque instant de sa vie, il me semble le vivre en lisant son oeuvre ! Sa mélancolie me convient, je t'en prie, ne me juge pas solitaire et renfrognée, non !, ce n'est pas cela, mais j'aime la rêverie, tout comme lui .....

     


    Mercredi 24 juillet
    ...Aujourd'hui encore, je me souviens avoir lu un paragraphe qui débutait ainsi :
    "Le jour, je m'égarais sur de grandes bruyères terminées par des forêts. Qu'il fallait peu de choses à ma rêverie !"
    C'était pour lui une feuille séchée que le vent chassait devant lui.


    Pour moi, ce quelque chose est le murmure du vent dans les arbres, le gazouillis de la rivière qui roule ses eaux sur les galets. Alors, je m'étendrais volontiers au pied d'un arbre, emportée vers les paysages que visita René.
    Mon Dieu, je ne voudrais pas que tu crois que je me laisse gagner par ce mal que l'on a appelé "le mal du siècle" ! Seulement, sa poésie, avec laquelle il peint son ennui de vivre, ce désenchantement, tout cela m'a attirée. La lassitude de son coeur s'est un peu imprégnée dans le mien, sans toutefois y laisser ce vide qu'il a cherché à combler, dans l'oubli, au milieu des peuples indiens.
    Ce ciel bleu, qui déroule aujourd'hui sa trame sur nos têtes, ne l'a-t-il pas vu lui même ? Ce petit nuage blanc qui s'étire, n'en a t-il pas vu semblable à celui-là ? Si, sans doute !
    Ce qu'il n'a pas connu, ce sont ces cris joyeux d'enfants heureux, c'est la tendresse que chaque mère offre à son enfant .....

     


    Jeudi 25 juillet
    Pourquoi ne m'est-il pas donné d'écrire comme Chateaubriand ?
    Je suis transportée de joie lorsqu'il déroule à mes yeux, le spectacle d'un pays qui m'est inconnu "les Bords du Lac Supérieur" par exemple : ".......Les surfaces mobiles de ces plaines s'élèvent et se perdent graduellement dans l'étendue, du vert d'émeraude, elles passent au bleu pâle, puis à l'outre-mer, puis à l'indigo ......".
    Je tourne les pages si agréables à lire en cherchant au -delà, l'homme qui nous contera en couleurs harmonieuses, l'histoire de sa vie aussi bien que le fit René.

    ©PaulaG

     


  • Commentaires

    1
    Jeudi 23 Janvier 2014 à 08:31

    Ah, ma douce. Même avec le poids des ans ( MDR ... ), ta poésie n' a pas pris une ride ! Gros bisous. Annick

    2
    Jeudi 23 Janvier 2014 à 17:27

    "La mélancolie, c'est le Bonheur d'être triste"...écrivait Victor Hugo.

    Et l'écriture devient plus facile...les mots arrivent,dansent et apaisent les coeurs en rêverie...

    Jolis écrits.

    Douce soirée.

    3
    Vendredi 24 Janvier 2014 à 15:10

    Bonjour mon amie Paula,

    tu deviens prolixe en articles que je n'ai pas le temps de venir admirer, ne le sachant même pas car tu n'as pas de news letters?

    J'aime tes réactions face à la lecture de Chateaubriand, que j'ai beaucoup lu grande adolescente.

    Mais ta prose mêmes elle est moins connue que celle de René, n'en est pas moins agréable à lire; et de toutes façons tu as plus de chance d'être lue aujourd'hui que Chateaubriand!

    Il y a beaucoup de mélancolie dans tes écrits; as-tu connu toi aussi cet ennui de vivre?

    Ca c'est quelque chose que je n'ai jamais connu, j'ai toujours été heureuse de vivre et toujours pleine d'optimisme. Je débordais de joie de vivre engagée dans de multiples occupations en plus de celles obligatoires.

    Aujourd'hui c'est cette envie de vivre (malgré la fatigue et la douleur, que je trouve justement pénibles car je suis coupée dans mes élans) qui me tient debout (plutôt qu'assise ou couchée d'ailleurs).

    Mais rien en me fera renoncer à la vie. Pas d'euthanasie pour moi!

    Mais j'aime tes mots plein de sentimentalité, de rêverie, d'émois, un tourbillon qui m'entraine malgré moi.

    Je t'embrasse mon amie de toute mon affection. 

    BELLES IMAGES ANIMEES

    4
    Samedi 25 Janvier 2014 à 00:05

    J'aime aussi Chateaubriand , j'avais aussi le désir de faire des articles sur lui . tout au plus je posterais des photos prises à Combourg où je suis allée pour des démarches bien tristes mais avec encore de l'espoir au cœur pour mon ami . J'ai pris des photos ( il était heureux de découvrir cette ville autant que moi ) Cette journée était pour nous deux des moments de grand bonheur . J'ai donc percuté quand j'ai vu ton bel article . Je t'embrasse mon amie et te dis à très bientôt et j'espère de nouveau pouvoir poster de nouveau

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :