•  

    REVE DE VALSE

    La soirée est belle, la fête bat son plein.
    les couples sur la piste, s'élancent avec entrain.
    Le printemps des guinguettes, petits bals musette
    mais je rêve de valse et de belles toilettes.

    Il règne avec l'orchestre, une merveilleuse ambiance,
    je me laisse bercer par les rythmes, en cadence,
    Un deux trois, je m'abandonne entre tes bras,
    un deux trois, tu m'entraînes au rythme de tes pas.

    Je me laisse emporter dans le tourbillon de la danse,
    la musique m'emporte dans une douce transe.
    je rêve de valse, Ravel, oui, sa valse est poème
    Sibelius même si sa valse est triste, je l'aime,

    Le beau Danube bleu, je sens battre mon coeur !
    Valse de l'empereur, c'est presque toucher au bonheur

    Je continue mon rêve, et ce, quoiqu'il advienne.
    Je sens pousser en moi des ailes magiciennes.
    Je tourne, virevolte, la musique m'entraîne,
    au bal des débutantes ....je suis enfin à Vienne !
    ©Paula G. "Des fulgurances, des émotions" recueil n°1


    22 commentaires
  •  

     

    ESPERANCE

    Au seuil de la désespérance, un regard,
    une étincelle pour embraser une vie,
    le souffle délicieux d'un merveilleux espoir,
    une cascade de sentiments qui jaillit.

    Un baiser à la douce saveur de printemps,
    un ciel qui s'ouvre en multicolores reflets,
    éclatement de l'âme en de beaux serments,
    que du bonheur en soi, le prodigieux secret.

    La magique douceur d'un instant partagé,
    un chemin bleu azur, guidé par le soleil,
    aucun vilain nuage n'est venue s'engager,
    l'espérance est un mot au pays des merveilles.

    Le vent a balayé toute la désespérance,
    le coeur s'est fait désir et l'âme troubadour,
    pour venir s'épancher en une douce attirance,
    au pays du bonheur, au pays de l'Amour.

    ©Paula G. "Ma plume vagabonde"

     

    JE VOUS SOUHAITE UN MERVEILLEUX WEEK-END

    ------------------------------------------------------------------


    26 commentaires
  •  

    LES ENFANTS DE LA RUE

    Devant l'âtre où crépite un joyeux feu de bois,
    deux enfants sont assis, engourdis par le froid.
    Ils viennent de la rue, où ils tendaient leurs mains,
    aux passants peu ravis et quelque peu hautains.

    Ils ont élu leur nid, au coin de cette rue,
    leur jeunesse ignorant les dangers encourus.
    Leur maigre bagage tient entre leurs deux mains,
    quelques pièces données, jetées avec dédain.

    L'hiver s'annonce dur pour ceux qui ont bien peu,
    pas de maison, de toit , ni même un peu de feu.
    Les enfants de la rue ont pourtant le sourire,
    un semblant de bonheur qui malgré tout attire.

    Dans la maison où vit le joyeux feu de bois,
    les enfants sont assis, buvant un chocolat.
    L'espace d'un moment, ils auront eu moins froid,
    auprès des douces flammes, ils connaissent la joie.

    Enfants de la rue, ou bien enfants des rues,
    qu'ils soient enfants d'ici ou bien enfants d'ailleurs,
    chacun a bien le droit à un brin de bonheur.

    ©Paula G. "des fulgurances, des émotions" recueil n°1

                                                                                      


    18 commentaires
  •  

    Juste quelques pensées,



    Exprimer ses pensées
    ainsi, sur le papier,
    n'est pas toujours aisé.
    C'est vouloir partager
    sans termes "ampoulés"
    sa sensibilité !



    Laisser parler son coeur,
    Parler de son bonheur,
    Confier ses douleurs,
    ou libérer ses peurs,
    le schéma directeur
    de l'auteur(e) !


    Aussi, tout simplement,
    et bien modestement,
    je viens de temps en temps,
    ainsi, chemin faisant,
    vous confier gentiment,
    mes pensées d'un instant.



    Ce ne sont pas des mots recherchés avec science,
    ce sont de simples mots échangés en confiance,
     livrés à vous au fil de mes idées et de mes stances.


    ©PaulaG

    BON DEBUT DE CE MOIS DE FEVRIER

    ---------------


    17 commentaires
  •  

    DANS LA SPIRALE DU TEMPS

    Dans la spirale du temps qui passe, je pense.
    je me sens happée dans le tourbillon de la vie,
    volute de fumée en douce évanescence,
    ballotée par des vagues semblant asservies.

    Bouleversée, en plongée au tout tréfonds de moi,
    Pourquoi le temps fuit-il et la lumière aussi,
    dans le labyrinthe des mots et des pourquoi ?
    Unités de temps, lieu, action sont-elles unies ?

    Regards vers le passé, je conjugue au présent,
    rêvant à un futur, immuable dans le temps.
    Simple questionnement sur la valeur du temps,
    et son enchaînement, l'espace d'un instant.

    C'est peut-être là,
    la recherche de soi,
    bien au-delà du moi !

    ©Paula G. "Des fulgurances, des émotions, recueil n°1


    23 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique