•  

     

    Mon coeur ébloui

    Une pluie d'étoiles est tombée sur mon coeur,
    un éblouissement d'une infinie douceur,
    mon âme est en voyage aux confins du bonheur.

    J'ai goûté l'hydromel des plaisirs insensés,
    dans ce pays lointain des rêves inavoués,
    ce pays de légende où tout n'est que beauté,
    où seuls règnent en maîtres, amour et volupté.

    Mon coeur est ébloui, jamais inassouvi,
    de rêve, de bonheur, de douceur infinie,
    c'est donc là, le pays des mille et une nuits !

    J'ai goûté à l'appel de l'amour éternel,
    où les désirs charnels deviennent spirituels,
    où tous les sentiments deviennent intemporels,
    pour savourer la vie, de tout son essentiel.

    une pluie d'étoiles est tombée sur mon coeur,
    un éblouissement d'une infinie douceur,
    mon coeur est en voyage aux confins du bonheur.

    ©PaulaG. "ma plume vagabonde" recueil N°3

    Si la poésie a une douce résonance dans vos coeurs,

    vous pourrez retrouver mes mots dans mon tout dernier recueil et les précédents.

      

    -o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

    Bonne lecture et belle nouvelle semaine

    -o-o-o-o-o-o-o-o-o-


    24 commentaires
  •  

    LE MOULIN DE LA VIE

    Le moulin de la vie promène ses ailes sur les marches du temps
    dans ce bruissement d'ailes, nous sommes emportés inéxorablement,
    dans le tourbillon des printemps qui s'ajoutent aux printemps.
    Le temps est immuable , c'est donc nous qui passons, cela est évident.



    "Haut les coeurs" cependant , jouons nous des caprices du temps,
    vivons au jour le jour,  savourons les instants , ayons toujours vingt ans !
    Laissons nous entraîner dans une merveilleuse valse de délicieux moments,
    Il est si bon de rêver , toi, moi, nous, dansons cette " valse à mille temps" !



    Feuilletons en riant, ce merveilleux album, celui de nos vingt ans,
    images un peu jaunies, mais souvenirs vivaces de ces endroits charmants,
    les ailes du moulin, nous frôlant doucement pour chasser nos tourments,
    il est si doux de partager nos pensées, en rêvant, dans le soleil levant.



    "O temps, suspends ton vol" que tourne le moulin pour d'autres doux instants !
    il nous faut continuer de feuilleter le livre de la vie, dans l'accomplissement
    de nos rêves d'antan,  partons donc en goguette près du moulin à vent,
    retrouver l'azur du firmament et penser en riant, qu'on a toujours vingt ans.
    ©PaulaG. "Des fulgurances, des émotions" recueil n°1

     

    A bientôt .......peut-être ?

    ---------------------------------------------

     


    25 commentaires
  •  

    L'AIEUL

    Devant la cheminée, se trouve son fauteuil.
    C'est là qu'il vient s'asseoir, le soir, pour y rêver.
    Un ardent feu crépite pour réchauffer l'aïeul,
    tout prêt à vous conter des histoires du passé.

    Sur l'accotoir en rotin, sa main est posée,
    du bout de sa canne, il titille une bûche,
    finissant de brûler par dessus le chenet.
    Il admire le feu, bruyant comme une ruche.

    Sa tête s'est penchée, son regard est lointain,
    perdu dans ce passé qu'il ne peut oublier.
    lorsqu'il partait heureux dans le petit matin,
    marchant avec entrain, sur les petits sentiers.

    Soudain, il se redresse, il est dans la tranchée,
    il est tout jeune alors, ardent et tout fougueux,
    mais il voit ses amis tomber à ses cotés,
    les souvenirs l'assaillent, il s'assied, malheureux.

    Alors, dans la pénombre,
    sur son profil, seul éclairé
    par la lueur des flammes,
    on croit voir serpenter
    comme une larme.
    Il voit passer des ombres.

    L'aïeul est fatigué, il voudrait raconter,
    ce que fut sa jeunesse, ses bonheurs, ses malheurs,
    mais sa joue sur sa main doucement s'est posée,
    il vous dira demain, les tourments de son coeur.
    ©PaulaG. "ma plume vagabonde" recueil n°3

    En ce week-end de commémoration du 11 novembre 1918,

    une pensée pour ces hommes qui ont donné leur vie,

    qui ont été meurtris dans leur coeur et dans leur chair.

    ----------------------------------


    30 commentaires
  •  

     


    RENDEZ-VOUS D'AUTOMNE

    La nature revêt ses habits mordorés,
    les feuilles sous les arbres commencent à tomber.
    Petites flammes d'or chancellent sur les branches,
    aujourd'hui, c'est l'automne qui prend sa revanche.

    Dans l'exquise harmonie du jardin qui s'enflamme,
    de toutes les couleurs, tels de beaux oriflammes,
    se ramassent les feuilles en vue de beaux herbiers,
    que les enfants demain mettront dans leurs cahiers.

    A l'heure où le soleil, darde encore ses rayons,
    les artistes inspirés, bénissent la saison.
    La plume du poète s'attarde sur les mots,
    le peintre sur sa palette a posé son pinceau.

    Quelques roses d'octobre, en leurs derniers boutons,
    nous offrent leur parfum avant leur pâmoison.
    Les oiseaux migrateurs ont délaissé leurs nids,
    l'écureuil au jardin, sur les branches, bondit.

    Nos coeurs vibrent encore de l'été finissant.
    Saluons cet automne dans ses tons flamboyants.
    La nature s'est parée de rouge, pourpre et or,
    Un rendez-vous d'automne, un sublime décor.

    ©PaulaG. "Ma plume vagabonde" - recueil n°3

     

     

    Tableau de Léonid Afremov, peintre biélorusse

     


    29 commentaires
  •  

     

    E L L E


    Derrière sa fenêtre, Elle voit passer la vie,
    le garçonnet dans la rue, qui sautille, qui crie,
    sur le trottoir, en face, un couple d'amoureux,
    tout là-haut, un oiseau, dans un coin de ciel bleu.

    D'une main élégante, Elle repousse le rideau
     et vient, sourire aux lèvres, s'asseoir à son bureau.
    Sa plume, tentatrice, se glisse entre ses doigts,
    pour confier au cahier ce qu'elle ne dit pas.

    Si, au fond de son coeur, c'est toujours le printemps,
    son visage traduit le passage des ans.
    Au cadran de l'horloge, les heures s'égrènent,
    la valse de sa plume d'un tourbillon l'entraîne.

    Tournent, tournent les souvenirs, en dérision,
    tumultueux amour, redoutable passion,
    tous ces premiers émois que l'on a à vingt ans,
    Elle sourit ironique, en se remémorant.

    Elle ébauche une chanson, Elle fredonne, Elle chantonne,
    sur le fauteuil, tout auprès d'Elle, le chat ronronne.
    Elle pense gaiement à ce que sera demain,
    et Elle laisse échapper la plume de ses mains.

    Voici le soir venu, Elle s'est endormie,
    dans un rêve charmant, où tout lui est permis.
    ©Paula G. "Ma plume vagabonde" 2016 -récent écrit -


    23 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique